• Dominant la Garonne et la bastide de Cadillacle château des ducs d'Epernon

    photos depuis le jardin du château

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    vu du jardin du château des Ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    Dominant la Garonne et la bastide de Cadillac, le château des ducs d'Epernon

    merci de ne pas retoucher ces photos de couleurs naturelles qui ont étaient prises pour la période de la fête du patrimoine a suivre les photos de le façade du château 

    ces photos sont sous copyright 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    15 commentaires
  • le château des  ducs d'Épernon a Cadillac sur Gironde

    vu du Château côté jardin

     

    le Château des Ducs d'Epernon

    Le château est construit dans la ville du même nom sur la demande de Jean-Louis de Nogaret de la Valette (1554-1642), fait premier duc d'Épernon. Archétype du Gascon orgueilleux, fier et bagarreur, ce château incarne la toute-puissance de ce cadet de Gascogne, devenu l'un des mignons du roi Henri III, qualifié de «Demi-Roi», et amassant honneurs et richesses avant de mourir en disgrâce à 88 ans sous le règne de Louis XIII, à qui il fournit des gardes pour fonder la première compagnie des mousquetaires en 1622. Le cabinet de travail du duc est familièrement appelé « la moutarde » par les domestiques, tant sont craintes ses sautes d'humeur. Pour le bâtir, une partie de la ville fortifiée est rasée mais il reste la porte de la Mer ainsi que la porte de l'horloge. Il est un témoin de la fin de la Renaissance et annonce déjà le classicisme du xviie siècle. À l'origine, le château flanqué de deux ailes monumentales et de quatre pavillons d'angle entourent la cour d'honneur fermée par un mur d'enceinte. Les ailes, les pavillons et ce mur de clôture sont démontés mi xviiie siècle et leurs pierres vendues. Saisi pendant la Révolution française, il sert de prison au xixe siècle, qui voit édifier les deux ailes actuelles et une conciergerie ; puis d'école de préservation de jeunes femmes à partir de 1880. Il est fortement endommagé à la suite d'un incendie (1928), devient une institution publique d'éducation surveillée qui ferme enfin en 1952. L'administration pénitentiaire restitue alors le château au secrétariat aux beaux-arts, puis au Ministère de la Culture.

    texte pris sur mon livre 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique